Menu

[LP] Loki Starfish – Stones From Fire Mountain

Pavé dans la mare électro-pop française, le nouvel album de Loki Starfish ne ressemble à rien de connu, aussi bien au sein de la scène hexagonale que dans les méandres du tout-venant international, qu’il soit mainstream ou indépendant. « Stones From Fire Mountain » est à l’image de son créateur : discret, savant, étrange et terriblement efficace, sans jamais oublier un seul instant de considérer l’auditeur comme partie prenante de la vie de ces chansons entêtantes et intelligentes.

Cela fait des années que le mystère Loki Starfish ne cesse de nous hanter, de nous interroger et de nous séduire. Et pour cause : au fil de ses productions, le projet du compositeur parisien Jérémie Lapeyre s’est réinventé, construit, créé comme la créature qui, à l’instar de celle de Mary Shelley, a trouvé dans le souffle vital l’innocence, mais aussi la force, de découvrir dans la passion et, parfois, la souffrance. Ainsi, nul doute que « Stones From Fire Mountain » va bouleverser les codes trop mécaniques d’une écriture pop et rock française qui n’en attendait pas temps mais prend l’album de plein fouet, sans prévenir. Aguicheur, puissant et électrique, l’opus erre hors des sentiers (re)battus, dévie sans jamais se perdre et puise ses inspirations au gré des propos et des envolées, entre urgence et précision. Une conception fascinante et exceptionnelle de la confection chorale et instrumentale, à bien des égards.

« Stones From Fire Mountain » pourrait presque être considéré comme une œuvre d’inspiration steampunk ; en effet, le compositeur, à travers ses choix artistiques et instrumentaux, fabrique des concepts inédits à base de sonorités recyclées et réemployées à bon, voir meilleur, escient. Les glissements synthétiques de « Devour » épousent alors les contours lisses et brillants du magnifique « Serendipity », hymne tribal à la modernité autant qu’à une forme de nostalgie du mouvement et de l’harmonie. Mais ce serait réduire une démarche novatrice à ses plus simples balbutiements ; en effet, Loki Starfish sait également prendre l’auditeur à bras le corps, dans les nappes sensuelles de « The Truth and Such », dans la volonté prégnante du franc et massif  « Sergeant » ou au cœur du galvanisant « Shivers Are Proofs », démonstration infaillible de ce que la musique électronique se doit d’apporter aux dancefloors du monde entier, plutôt que de sagement appuyer sur quelques boutons. L’action se pare également d’instants de romantisme évanescent et brûlant, entre innocence et séduction, grâce à « Poets of The Black Flame » ou « A Step Away or Marks of Departure », duo parfait avec Melodie Orru. Sagesse, futurisme et émotions fortes se percutent, s’attirent et s’offrent mutuellement les uns aux autres, dans un union torride et étoilée.

Une nouvelle fois, Loki Starfish déploie ses ailes là où on ne l’attend pas ; bercé par les douces illusions de grands artistes trop tôt disparus (le fantôme de Ian Curtis semble planer, bienveillant, au-dessus de l’intégralité de l’album), Jérémie Lapeyre affronte aussi bien les regards soupçonneux que les visages éblouis par ses décisions créatrices osées et inédites. La vapeur chaleureuse qui s’échappe des cheminées incandescentes de cette montagne de feu n’en devient que plus vitale, rassurante et aveuglante avant de modifier l’aspect de chaque chose, d’en dessiner des contours improbables et fascinants. L’irréel au service du dialogue entre faiseur et spectateur ; une projection à ne manquer sous aucun prétexte !

crédit : Cathy Calvanus

« Stones From Fire Mountain » de Loki Starfish est disponible depuis le 31 mars 2017 chez Bragi Pufferfish.

Retrouvez Loki Starfish sur :
Site officielFacebookTwitter