Menu

[Live] The Amazons à la Mécanique Ondulatoire

La scène rock britannique est généreuse, prolifique, foisonnante. Chaque année, de nouvelles formations, auxquelles nous prêtons un intérêt aussi fugace qu’est leur existence, sont présentées (en vrac) dans les pages des journaux d’outre-Manche. Mais il arrive parfois qu’une photo retienne notre attention. Alors, nous levons les yeux de notre revue, nous allumons notre cellulaire, nous balayons d’une main nos notifications tandis que l’autre cherche désespérément une paire d’écouteurs au fond de notre sac. Nous sommes charmés, sans toutefois être bousculés, et nous revenons à notre routine. Jusqu’à ce que The Amazons passe à La Mécanique Ondulatoire ; et là, nous acceptons de remettre en cause ce premier jugement !

crédit : Alice Tabernat

Les quatre membres ont à peine capturé leurs instruments qu’un incroyable vacarme jaillit de la minuscule scène. La batterie et les riffs de « Stay With Me » cognent, ils sont massifs et habitent l’espace. Le son s’impose avec brutalité et agilité, il frappe avec l’élégance d’un dandy. Plus aucune trace de ce pop-rock édulcoré et sautillant que nous écoutions sur notre portable ; ce qui semblait pop en studio est ici on ne peut plus garage. Nous sommes à ce point ébahis que nous décidons de nous laisser porter par le concert plutôt que de chercher à comprendre cette surprenante mutation. L’irrésistible intro de « Black Magic » entraîne le public dans une chevauchée nocturne effrénée.

Soudain, sous nos pieds, le parquet de la salle s’évanouit, la cadence vrombissante de « Nightdriving » nous emmène faire un tour d’autoroute. Les titres sont « synesthésiques » : ils transmettent impeccablement une ambiance précise et complètent les textes (moins travaillés). L’apogée du concert : « In My Mind ». Le morceau est clairement rock, il est direct, simple, puissant, efficace, autrement dit parfait. Les doigts fins des guitares nous transpercent et saisissent nos tripes. Le concert se termine en douceur part le très pop-rock « Junk Food Forever » et ses allures de chant fédérateur pour adolescent californien.

Le concert fut court mais corrosif. Certes, Matt Thompson et ses compères n’interagirent que peu avec le public, mais ils se donnèrent avec ardeur à leur musique. Le quatuor anglo-saxon sera prochainement de retour en France en première partie de You Me At Six ; prenez date !

Retrouvez The Amazons sur :
Site officielFacebookTwitter