Menu

[LP] Morgan Manifacier – Hues and Calm

Drôle de parcours que celui de Morgan Manifacier. Parti de sa Corse natale étudier la musicologie en Californie, à Oakland du côté de San Francisco, le chanteur y construit désormais sa vie. D’un projet solo l’ont rejoint ses amis Sarah Hawley-Snow au violoncelle et Matt Camgros à la batterie et aux percussions.

Trois ans après « Grande », album enregistré, mixé et masterisé en 2011, en solitaire, dans sa fac américaine entre sa chambre d’étudiant et un vieux théâtre rénové, « Hues and Calm » signe le retour d’un talentueux artiste ayant enfin trouvé ses compagnons de route.

crédit : Nicolette Stellavato

crédit : Nicolette Stellavato

Ce nouvel album, enregistré au Hyde Street Studio C de San Francisco par Scott McDowell, a été financé au-delà des espérances du trio à hauteur de 10 000 dollars par près de 170 contributeurs sur Kickstarter en octobre 2012. D’abord prévu pour mars 2013, Morgan a préféré déplacer la date de sortie pour peaufiner les morceaux avec ses musiciens, et dévoiler au compte-goutte certains titres en amont.

Sur neuf pistes, avec pour thème central un folk mélancolique et poétique, Morgan, Sarah et Matt nous entrainent dans la sphère de leur intimité.

D’abord avec « Cold Countries », folk sombre et intense qui dessine ses terres de caractères à travers la voix grave et solennelle de son chanteur et les cordes lentement frottées du violoncelle. Un titre majestueux et d’une impressionnante maturité.

Mais « Hues and Calm » est comme son nom l’indique un album tout en nuances.
À l’image de « My Own », douce ballade blues au piano où le chant de Morgan Manifacier se fait notre compagnon, rassurant et réconfortant et de « Faithless & Brave », morceau effacé, presque fantomatique et errant, où les notes de piano se font rares et précieuses et où le chant de Morgan joue avec la longue résonnance de touches et des échos, au devenir expérimental.

Il y a également sur cet album « From My Mouth », quatre minutes vibrantes où les percussions s’animent avec les clappements de mains, et la guitare s’électrise quand le chant se laisse emporter. Un titre véritablement raisonnant, une belle démonstration du talent singulier du trio américain.

Alternance de longs morceaux, – le plus long, « Ourselves », folk patient et attentionné, atteint les dix minutes -, et de titres plus concis comme l’entrainant « The Bridge » où Morgan revient au français avec la même aisance manifeste qu’en anglais. Il y a de la poésie, de la fragilité comme de la sincérité aussi dans ces compositions. Le choix des mots, des pauses et des accords joue évidemment un rôle.

On terminera l’écoute sur « Oh Joie », second extrait où le français se fait sa petite place, après trois minutes d’instrumentaux folks. Une belle déclaration d’amour comme on n’en fait plus, comme une lettre d’antan retrouvée. Sur un texte sublime, l’interprétation sensible et authentique touche au lyrique.

Moins expérimental et lo-fi que par le passé, ce second album pour Morgan Manifacier dévoile un artiste aguerri, toujours délicat, qui s’est donné du temps pour écrire et composer, comme pour trouver les bonnes personnes pour inscrire « Hues and Calm » parmi les albums folk d’excellence, pourtant loin des schémas traditionnels du genre musical.

crédit : Pamela Garcia

crédit : Pamela Garcia

« Hues and Calm » de Morgan Manifacier, sortie le 15 janvier 2014.

Retrouvez Morgan Manifacier sur :
Site officielFacebookBandcampSoundcloud