Andrea Van Cleef – Sundog

On trouvera dans la voix d’Andrea Van Cleef, baryton italien, cheveux longs au vent, la trentaine, une emprunte vocale forte graduée entre Mark Lanegan et Eddie Vedder.
Comme un parfum de solitude, et un besoin de rare liberté, le musicien, compositeur et producteur après de multiples expériences de groupes depuis 1998 (The Bogartz, Thee Jones Bones, Brother K) s’est lancé dans son aventure en solo, une guitare, un piano et une sacrée voix pour son premier album « Sundog ».

Mélange d’americana, de psych-folk et de folk pop, Andrea Van Cleef avec « Sundog » prend le relai d’un autre grand album sorti l’an passé, celui de Jonathan Wilson avec « Gentle Spirit ».

Sur douze pistes, Andrea nous livre des ballades intimes à écouter face à la mer ou devant le ciel étoilé. Sa voix est chaude et vivante, prenant par moment celle d’un vieux routard et son âpre douceur.

Avec « Sundog », il faut se laisser emporter, comme le vent peut nous porter, sur les doux sentiers où s’écrivent les paysages de ses souvenirs. « A Sea Song » tout d’abord, sévère ouverture sublimée par les quelques notes allongés au piano et les chœurs résonnants sur les refrains comme les vagues claquent sur les rochers.

Andrea Van Cleef nous offre un album très personnel où l’on passe sans à-coups du folk poétique et léger de « Town Without Shade » au blues rédempteur de « The Day You Tried To Kill Me » puis au rock psyché de  » Shine ». « Sundog » réussit le pari de nous décrire les voyages et les histoires de son auteur à la manière d’un impressionniste contemporain.

« Sundog » d’Andrea Van Cleef est paru aujourd’hui chez Shinseiki.

andreavancleef.com
shinseiki.it

Pas encore de commentaires.

Poster un commentaire