Menu haut

Two Door Cinema Club – Beacon

Déception relative à l’écoute du second album des Irlandais de TDCC. Beacon est un album plaisant, à la production léchée, mais bien loin de l’intérêt que suscitait deux ans auparavant le remarquable debut Tourist History.

Rappelez-vous, Tourist History cumulait les hits en puissance, et faisait souffler un vent de fraicheur sur le pop rock anglophone. Les mémorables Something Good Can Work, What You Know ou encore I Can Talk ; avec une énergie sans borne, et un vrai sens des mélodies ont marqué l’année 2010. Son grand frère souffre lui sur certains titres d’un réel manque de pêche. Pourquoi donc alors s’attarder sur cet album ? La réponse réside en soit dans le reste de l’album.

Avec Sleep Alone, premier single présenté par le trio de Bangor, on était en droit de s’attendre à un nouvel album s’inscrivant comme la poursuite du précédent effort. L’espoir était bien là.

Next Year en ouverture de l’album amène un refrain plat, teinté d’une mélancolie faiblarde, bien loin du sautillant Cigarettes in the Theatre de Tourist History. Pyramid en fin d’album lui non plus ne me satisfera pas véritablement avec son ambiance trop contemplative et pas assez dans l’action, sauf sur le refrain qui sauve de rien le désastre.

La suite améliore quand même franchement la donne avec Handshake et son couplet refrain entêtant « She said the devil will want you back, And you’ll never find love in another man, Shut your eyes, so you’ll see young girl, And know you’ll always have this if it’s needed back » et Sun, avec ses trompettes et son ambiance rafraichissante aux décors d’évasion.

Le refrain de Spring reste comme l’un des plus meilleurs passages de Beacon : « If I follow you tonight, And leave tomorrow, If it’s all forgotten love, Forgotten love, If I follow you then, I will need you closer, One more day is not enough ». Un titre à la progression soignée et jamais précipitée. On rentre en douceur dans l’écoute et ça, ça plait.

D’autres tentatives, plus ou moins réussies comme l’intro de Beacon façon Empire of the Sun et le duo pop entre Alex Trimble et Valentina sur The World Is Watching renforceront cette nouvelle emprunte musicale chez TDCC.

Loin d’être maladroit, Two Door Cinema Club sur Beacon n’est plus ce jeune groupe insouciant aux refrains mélodiques et souriants, mais un projet passé à l’âge adulte, devenu d’un coup presque trop propre sur lui.
En dehors de cette évolution, qui sera toujours mieux digérée par les fans du groupe que les nouvelles aspirations de leurs cousins britanniques de Muse, Beacon est un album honnête qui vient apporter une suite à un disque qui se faisait attendre depuis trop longtemps.

Beacon, sortie le 3 septembre chez Kitsuné et PIAS.

twodoorcinemaclub.com

,

Pas encore de commentaires.

Poster un commentaire