Menu

Iori’s Eyes – Double Soul

Iori’s Eyes avec son debut album « Double Soul » sorti en Italie en mars dernier viendra charmer les disquaires français dès la rentrée de septembre.

Minimaliste à souhait par moments, avec des synthés vaporeux et deux voix sensibles, celles de Claudio Nigliazzo et de Sofia Gallotti qui dévoilent des atmosphères complexes, une musique à part se dégage de Iori’s Eyes.
Entre la voix androgyne, parfois rauque, parfois douce de Claudio et celle cristalline de Sofia, au mariage surprenant, Double Soul restitue l’impression donnée par le titre, celle de deux âmes errantes qui s’expriment.

Quand notre rythme cardiaque battra au ralenti sur « Winter Olympics », quand le jeu dilué à la manière d’un James Blake viendra installer une ambiance presque lounge sur « All The People Outside Are Killing My Feelings », d’autres instants viendront planter leur dose d’adrénaline pour remettre en activité le duo sur l’électropop de « Something’s Comin’ Over Me », l’un des meilleurs passages de Double Soul, aidé par un beat ultra soigné.

Sur « In Love With Your Worst Side », la participation d’Aucan viendra renforcer, durcir les ambiances dream pop électroniques, rappelant par moment l’excellent boulot des Canadiens de Phantogram.

Le véritable moment de génie sur Double Soul restera cependant pour moi l’incroyable « Pull Me Down », instant pop imperfectible où la voix de Claudio fait tournoyer l’esprit accompagné d’une batterie aux coups profonds et résonnants.

« D.Y.S.W.R.T.W » en conclusion viendra confirmer l’orientation dream pop de la fin d’album avec des ambiances redevenues planantes et douces au grès des dernières pistes.

Avec Double Soul, Iori’s Eyes se montre comme le duo pop indé milanais à suivre de près, à la musique confondant l’intimité, la sensibilité et l’aérien. Un disque chargé d’âme, peut être pas, mais de sincères émotions, assurément.

Iori’s Eyes avec « Double Soul » sortira chez nous le 3 septembre chez La Tempesta International.

ioriseyes.com
wehavedoublesoul.com
latempesta.org

,

Pas encore de commentaires.

Poster un commentaire