High Summer, l’EP défoncé de jj

C’est avec un cinq titres que le duo électro indie pop suédois jj, formé autour d’Elin Kastlander et de Joakim Beno, a choisi d’accueillir l’été d’une manière bien spéciale avec leur High Summer.
Planant à souhait dès les premières notes de l’éponyme High Summer, on embarque dans le trip bien perché des deux Suédois. La preuve avec des paroles qui parlent de spiff, de chien lumineux et de sexe.
S’en suit 10, ballade aussi space que la précédente, aux passages très découpés, alternants grands silences et mélodies minimalistes. De l’expérimentale plutôt bien illustrée à travers des textes sur les souvenirs évoqués par des retrouvailles.

My Name signe l’interlude engagé de l’EP qui n’est d’autre qu’un hommage à Miriam – Mama Afrika – Makeba, chanteuse de world jazz Sud-Africaine connue pour son activisme politique contre l’apartheid.

Le (bad) trip du début revient sur Big Hearts, Big Dreams où Elin se met à nouveau bien high, la weed aidant sur des ambiances tropicales. Tout un concept.
Et sur Times, c’est la reconnaissance plus ou moins avérée d’avoir plutôt bien merdé dans sa vie, la drogue et l’alcool n’aidant pas, qu’Elin chante sur un titre rappelant vaguement le premier disque de Dido.

High Summer est un mini album mitigé, perdu dans ses fumées plus ou moins opaques, entre ses ambiances dream pop aériennes convaincantes et ses textes influencés par des substances qui ne laissent pas planer de doutes, présentant un intérêt plus limité. Il ne manque finalement pas grand chose à cet EP qui musicalement tient la route, mais où les textes souffrent de ce laisser-aller volontaire qui ne sera pas du goût de tous.

High Summer de jj est disponible gratuitement sur le site du label Sincerely Yours : sincerelyyours.se/mp3/yours0184.zip

ravekommissionen.blogspot.fr
sincerelyyours.se

,

Pas encore de commentaires.

Poster un commentaire