Menu

Jaill – Traps

Le debut album de Jaill « That’s How We Burn » était incroyablement bon. Sorti en juillet 2010 chez SubPop Records, je l’avais découvert dès sa sortie, et dès la première écoute, c’était le grand amour.

Le trio de Milwaukee avait réussi le pari de mettre sur disque 11 titres courts ; 32 minutes, mais sans perte de vitesse, où le surf rock, le garage et l’indie se marient dans la plus grande évidence.

Un coup de cœur total où chaque titre avait tout le potentiel pour devenir un tube à commencer par Everyone’s Hip et She’s My Baby. Le genre d’album qui s’écoute en boucle inlassablement sans jamais prendre la tête.

« Traps », leur nouveau-né, sortait hier, et si l’on cherche un premier point de comparaison ; statistiquement, la recette semble la même avec un nouveau onze titres et la même durée à une minute près.

La voix nasillarde de Vincent Kircher  - entre celles de Matt Shultz (Cage The Elephant) et d’Andrew VanWyngarden (MGMT) -, sur ce nouveau disque est toujours bien là, l’honneur est sauf.
Le son lui aussi se conforte avec efficacité dans ces riffs et ces mélodies qui leur va si bien.

L’ouverture sur « Waste A Lot Of Things » peut en témoigner ;  où l’indie rock revival propre au groupe est toujours bien là, les accords de guitare dosés et une ambiance toujours autant à la cool. À écouter les pieds en éventail sous les palmiers.

Quand Horrible Things (Make Pretty Songs) partira dans un folk au coin du feu entre potes, Madness nous emmène lui dans un folk hippie légèrement hallucinogène où la voix de Vincent croise celles de jeunes femmes à tomber.

D’Everyone’s A Bitch aux refrains estivaux et aux arrangements psychés totalement décalés, à Ten Teardrops, sorte de « previously on Jaill », tant on retrouve l’essence du premier disque, on écoute sans broncher les nouvelles compos les unes à la suite des autres, sans sauter les pistes, avec toujours le même plaisir d’en faire la découverte.

Et pour bien terminer la séance découverte, pourquoi ne pas vous proposer un de leurs vidéo-clip délirants et crades avec « Perfect Ten », autre extrait de Traps (âmes sensibles s’abstenir sous peine de recracher votre déjeuner sur votre écran).

Avec  « Traps », c’est encore un coup de génie que le trio de Milwaukee réalise, en variant un peu plus son répertoire, pour encore mieux nous surprendre et nous séduire.
À écouter assurément, à posséder impérativement !

Traps, sorti le 12 juin chez SubPop Records.

jaill.net
subpop.com/artists/jaill

Pas encore de commentaires.

Poster un commentaire