Menu haut

Hooka Hey, la formation bicéphale à suivre !

Hooka Hey ! Voilà un quatuor comme on en voit rarement. Visiblement plongés dans des influences nobles, les membres d’Hooka Hey ont développé une identité, une sphère qui leur est propre. C’est avec un EP 3 titres que je découvre un univers d’ores et déjà encensé par la critique, qui ne manque pas de surprendre.

Little Things, autoproduction bien ficelée, délivre des messages quasi contradictoires. C’est une musique dense à deux visages ! Rageur, garage, animé par une double voix très bien équilibrée, les qualificatifs affluent après quelques minutes d’écoute.

Seulement Little Things fait son entrée, et les choses se compliquent. Après la saturation grasse – contrôlée – et le martèlement d’une batterie tonique, vivante, place à une acoustique tout aussi perspicace. Des attributs camouflés par l’instrumental de l’ouverture font leur apparition – je cible là la voix d’Hugo Parrish et la qualité d’écriture – et alimentent un certain suspens quant à la clôture de cet EP.

Hooka Hey capte une attention toute particulière, entre l’écoute directe et la perception d’un univers où la normalité n’a plus sa place. Si j’accorde nettement plus de crédit au titre éponyme pour sa transparence, son contenant plus détaillé, force est de constater que les deux assises de ce disque sont bien bâties et efficaces.

On retient d’ailleurs un Hush Me des plus entrainants, véritable éventail d’une palette sonore riche et bien conduite qui personnellement, me rappelle agréablement Scott Weiland et sa bande. Et à vrai dire, l’EP dans son ensemble m’évoque l’excellentissime Stone Temple Pilots !

Avec une identité aussi conceptuelle, une telle amplitude, certains seront forcément plus Hush Me qu’A Little Things ou inversement. Le mieux reste encore de profiter de cette profondeur dont Hooka Hey se porte spécialiste, et d’enchainer les deux !

hookaheymusic.com

Pas encore de commentaires.

Poster un commentaire