Sex, Food and Rock’n’roll, the magical world of McBess

Matthieu Bessudo, ce nom ne vous dit peut-être rien… Mais si je vous parle d’un certain McBess, il vous paraîtra certainement plus familier.
Illustrateur, maitrisant parfaitement la 3D et l’animation, musicien à ses heures perdues, Matthieu Bessudo est à 26 ans, l’un des artistes français dont la renommée est aujourd’hui internationale.
Son style, qu’il exprime volontairement par le noir et blanc, défend son amour pour les jolies filles tatouées aux allures de rockeuses et sa passion pour la bonne chère.
Place à cette rencontre en compagnie d’un des illustrateurs les plus fascinants et talentueux de ces dix dernières années.

  • Salut Matthieu ! Tu t’es fait connaitre en tant que McBess. Pourquoi ce surnom ?

Hellow,
On m’appelle McBess parce que dans ma bande de potes, il y a déjà masse de Matthieu.
Mcbess, c’est la contraction de Matthieu et de Bessudo, mon nom.
Matbess est devenu McBess !

  • Ok, tout s’explique ! Tes débuts dans l’illustration, de quand datent-ils et quel a été l’élément déclencheur ?

J’ai fait une école d’animation 3d et là-bas, j’ai rencontré des gars passionnés par l’illustration. C’est là que j’ai vraiment commencé à réaliser des projets en graphisme.
Après cette école, je suis parti bosser pour The Mill à Londres pour faire de la 3d dans la pub. Mais j’ai vite capté que ce n’était pas tout à fait mon truc.
Pour revenir à ta question, il n’y a pas vraiment eu d’élément déclencheur, mais on peut dire que je m’ennuyais tellement au taff, que ça m’a amené à faire de l’illustration et ça a rapidement pris toute la place.

  • Aujourd’hui travailles-tu exclusivement sur tes projets liés à McBess ou travailles-tu encore au sein d’une agence de publicité ?

Non, aujourd’hui, je suis réalisateur à The Mill (www.themill.com) et je dois dire que c’est en partie grâce à mes illustrations.
Du coup, le truc sympa, c’est que quand je ne réalise pas une pub , je peux taffer sur mes projets.

  • Plutôt génial ! On va parler un peu de ton style graphique. Tu es très porté sur l’utilisation du noir et blanc, c’est un choix qui est venu naturellement ?

Oui, à la base je ne dessinais qu’au crayon donc le noir et blanc ne s’est pas posé, c’était dans la continuité.
Quand j’ai eu le choix de mettre mes dessins en couleur, j’ai toujours opté pour le noir et blanc.
Je trouve que ça rajoute de l’ambiance d’enlever les couleurs.

  • Je ne vais pas te contredire sur ce point. Tes personnages que tu créé me rappellent un peu l’univers des premiers films d’animation qu’on aurait mixés à un côté adulte, et rock. Si tu devais donner ta définition de ton style, ça serait quoi ?

Pas facile ta question, haha !
Sex Food and Rock’n’roll !

  • Héhé, c’est vrai qu’on retrouve souvent de la bonne nourriture, de jolies filles et des guitares dans tes œuvres. Beau résumé !
    D’ailleurs en parlant de rock n roll, en parallèle de ton boulot d’illustrateur, tu as monté ton groupe The Dead Pirates. Tu peux me le présenter ?

Yep !
J’ai toujours fait partie d’un groupe de musique et, du coup, c’est un thème récurant dans mes illustrations.
Il y a 3 ans, avec mon pote Simon, on a fait un court-métrage, qui est en réalité un clip pour un groupe qui n’existait pas a l’époque.
J’avais alors tout enregistré par moi-même et, avec Simon (www.siggjones.com), on avait appelé le groupe les Dead Pirates (http://music.dirtymelody.com).
Il y a un an, j’ai eu la possibilité de jouer cette chanson pour un concert et il me fallait un groupe.
J’en ai alors parlé à mon frère et deux potes… et ça a tellement marché que le groupe est devenu bien sérieux !

  • Génial, et du coup, une tournée de prévue en France ?

En mai, on devrait commencer à faire des concerts sur Paris.
On est en relation avec un promoteur pour la France, et un autre pour l’Angleterre.

  • C’est un sacré bon début ! Et concernant ton projet solo, Mc Bess, participes-tu actuellement à des expositions où l’on peut retrouver tout ou parties de tes travaux ?

Yup.
Là, je bosse sur deux expos ; une à Chicago en mars et une autre à Berlin en avril.
C’est une année assez bourrine pour moi !

  • Tu exposes beaucoup à l’étranger ou c’est plutôt nouveau pour toi ?

Non, ça a toujours été le cas.
Je fais une exposition pour Londres chaque année.

  • As-tu, à tout hasard, prévu de sortir un livre regroupant tes projets graphiques ?

Oui, il y a un livre, chez Nobrow, qui sortira vers juin.

  • D’accord ! Je pense que les amateurs de ton style vont se l’arracher à sa sortie !

Haha, faut espérer !

  • Pour les frenchies qui vont lire cette interview, as-tu des liens à leur donner pour retrouver tes projets aussi bien liés à McBess qu’aux Dead Pirates ?

Normalement, il y a tout sur mon site (www.mcbess.com), mais sinon on peut trouver quelques projets faits en solo ou en collectif sur les sites de Nobrow (www.nobrow.net) et de Rotopol Press (www.rotopolpress.de) avec qui je bosse souvent.

  • Très bien. Avec indiemusic, on suivra tout ça de près ! Un message à donner aux jeunes graphistes et illustrateurs qui veulent suivre ton parcours ?

Haha, c’est jamais facile ça.
Hum… Dessinez jusqu’a ce que vos mains saignent !

  • C’est rock n’ roll

Haha !

  • Merci beaucoup Matthieu pour cette interview ! Je te laisse le mot de la fin tout en te souhaitant d’excellentes expositions et une sortie qui cartonne pour ton premier livre chez Nobrow.

Merci pour l’interview et bon app’ !

Allez hop pour conclure cet interview, on se fait le clip des Dead Pirates « Wood » réalisé par Matthieu/McBess et son pote Simon :

, , , , , ,

Pas encore de commentaires.

Poster un commentaire